Meet in Class : décryptage de la naissance d’une startup EdTech

 
meet in class at blue ocean.jpg
 

Youssef Zakaria a aujourd’hui 26 ans et est à la tête d’une start-up montante dans le domaine des technologies mises au service de l’apprentissage : Meet in Class. Sa solution permet de trouver un professeur de mathématique à prix accessible pour les jeunes. Chaque cours compte 4 élèves. Le prix est ainsi moins cher qu’une session privée.

De plus, pendant que l’enseignant s’intéresse à une personne, les trois autres apprentis ont une dizaine de minutes pour essayer de trouver les réponses par eux-mêmes. Selon le fondateur, qui a appris la guitare en cours collectif lorsqu’il était adolescent, cette approche stimule la débrouillardise et la confiance en soi.

En trouvant ainsi à la fois un levier compétitif en termes de prix et un atout d’efficacité en termes d’apprentissage, Meet in Class a su créer son Océan Bleu, un marché non encore saturé par la concurrence. Lorsqu’il y a quelques jours, Youssef a expliqué sur la scène des Blue Ocean Awards, que l’idée à la racine de sa startup est née d’une expérience personnelle, nous avons souhaité le rencontrer.

Quel mariage de besoin et de passion personnelle l’avait-il mené à créer Meet in Class ? Est-il un Abundance Designer qui a incarné sa vision par son entreprise ?

Need + Love + Envision = Make ?

Suite à une interview skype fort sympathique, nous avons déduis que Youssef semble bien être un des nôtres. ;) On vous laisse découvrir son histoire.

 
meetinclass.jpg
 

Une soif de voyage

Enfant, il imaginait qu’il passerait toute sa vie d’adulte à voyager. Suite à ses études, ses projets professionnels l’ont emmené de villages en villages, de pays en pays. Au bout de 5 années, et des expériences enrichissantes, il a lancé Meet in Class et n’éprouve plus le besoin de poursuivre une vie de globe trotter. Il vise aujourd’hui à faire pousser les graines de ce beau projet dans lequel il se reconnaît et se dit que s’il peut créer de la valeur, là où il se trouve c’est déjà bien.

 

Un intérêt pour l’entrepreneuriat

Notre bavardage a révélé que Youssef a admiré les entrepreneurs depuis tout petit, bien plus que des profils salariés. Il avait donc l’âme d’un créatif et d’un leader en lui. C’est ainsi qu’il a clôturé ses études d’ingénieur par une « filière Entrepreneur ». Se sentir bien en faisant le bien.

Le point en commun entre tous les projets de Youssef : être utile. C’est sans doute la raison pour laquelle, il a toujours donné des cours aux autres dès le collège. Dans son projet diplômant, il avait souhaité stimuler l’économie des villages en Afrique. Au bout de 9 mois d’expérience, il a appris :

  • qu’il est difficile d’apporter de l’aide lorsqu’il n’y a pas de demande exprimée
  • qu’il faut se recentrer pour ne pas se disperser
  • et qu’il faut avoir un business model rentable si on ne veut pas être une association… même si on est un social entrepreneur.
 

Sa start-up Meet in Class est aujourd’hui une très belle synthèse de ces explorations et key-learnings :

→ Il répond à une demande existante.

« C’est sur les maths que les parents sont le plus démunis. Pour apprendre l’anglais, on peut dire à un enfant va regarder Netflix avec des sous-titres en français, en guitare ils ne sentent pas l’urgence. Aujourd’hui, on a 320 profs qui aident les jeunes à s’en sortir avec les maths. Au début on a commencé avec tous les cours. Mais par expérience on a vu que quand on n’est pas focus ça ne marche pas. On s’est donc recentré. »

→ En faisant ce qui a du sens pour lui

« J’ai rencontré beaucoup d’entrepreneurs que j’admirais. C’est quelque chose qui m’attirais. Je pense qu’un entrepreneur est aussi quelqu’un qui s’oublie un peu pour répondre aux besoins des autres. C’est une vision qui me plait »

→ Et en créant les bases d’une nouvelle communauté de co-apprentissage

« Aujourd’hui on a la chance d’avoir des profs qui se parlent entre eux dans un groupe Facebook secret. Pour y entrer il faut être professeur et avoir validé les étapes de sélection de Meet in Class. Ils se partagent les bonnes façons de faire. C’est très beau. On peut faire mieux. Mais nous avons des réflexions à mener pour que le groupe continue de bouger, pouvoir être personnellement en contact avec la communauté. Pareil pour les élèves ou les parents, on n’a pas encore une communauté, mais nous avons la vision et l’objectif de les développer. »

Merci Youssef, pour cette belle rencontre et que l’abondance soit avec la communauté Meet In Class ;)